Leçons d’une bande dessinée

Eva Saro-Nydegger • 5 novembre 2020
dans le groupe Histoire d’images
Tintin-Congo-stéréotypes

Spontanément, quelles caractéristiques vous viennent à l’esprit en lien avec les Africain.es? Et pour vous, quels éléments caractérisent les Européen.nes?

Que pouvons-nous apprendre d’une bande dessinée comme Tintin au Congo? Quelle grande différence voyez-vous entre l’image où Tintin prend congé de ses amis en Europe et son arrivée en Afrique? Comment les figures humaines sont-elles représentées?

Tous les Noirs semblent pareils sur ce dessin. Pourtant, nous reconnaissons des Mandela, Obama, Gandhi ou Mao, parce qu’ils nous sont familiers. L’erreur d’Hergé ne résulte donc pas seulement d’un «simple» préjugé culturellement construit. Elle est aussi le fruit d’un processus neurobiologique reproduit dans un dessin.

En effet, les processus de reconnaissance des visages nous apprennent que l’ignorance –la non reconnaissance– est à la base des processus psychosociaux qui peuvent mener aux classifications «raciales» simplistes. Si ces classifications sont à leur tour soutenues par des discours d’infériorisation ou de survalorisation d’une «race», le racisme s’en trouve attisé.

Pour lutter contre le racisme, il faudrait dans l’idéal apprendre à tout un chacun de se méfier de ses réflexes premiers au moyen d’une éducation consciente à la diversité. Mais, alors qu’il s’agit d’un des enjeux cruciaux du vivre ensemble, cet enseignement n’est malheureusement pas fait. Alors l’anthropologue Ninian van Blyenburgh nous propose de commencer en interrogeant nos images!

Fichiers